Dressing

Ai-je perdu le style ?

DSC_0332

Rien…aucune idée…aucun frémissement…plus aucune inspiration vestimentaire…Et cela dure depuis six mois. Aucun achat compulsif, aucune envie qui me trotte l’esprit…!

Dans mon carnet de tenues, les pages restent désespérément vide. Je rentre chaque soir en me sentant mal dans mes vêtements et en me demandant comment ai-je bien pu les assembler ainsi…

Ma garde robe me paraît fade et mon esprit reste désert devant les pages internet des magasins de vêtements.

Comment cela a t’il bien pu m’arriver ?! Est-ce la période hivernale ?! J’avais pourtant mis beaucoup d’espoir dans cette saison qui aurait dû être fraîche.

Est-ce le syndrome de la province ?! Je me souvenais de la ligne 1 qui ne me laissait jamais à court d’inspiration. Ligne une toujours mais d’un tram morose aux couleurs passées. Aurai-je été aussi délavée dans le tourbillon de mon quotidien de province ?!

Je cherche à me ressaisir chaque matin…en vain. Dans le bus pour aller et rentrer du travail, j’y songe, le soir sur internet, je farfouille sur les sites d’achats de vêtements pour retrouver mon inspiration…toujours rien. Seule sur mon vélo elliptique de la salle de sport, mon esprit divague sur le style à suivre…

Mes nombreuses paires de chaussures n’arrangent rien et je me demande chaque jour comment faire pour ne pas ressembler à rien !

Alors je me cherche des excuses : je pense trop au travail, je suis tombée dans le quotidien, les trajets journalier ont fini de m’user…pire encore, j’ai pris du poids et c’est pour cela que rien ne me va. Moi qui ne me sent bien que lorsque je suis bien habillée, mon esprit vit un véritable calvaire au fur et à mesure de mes passages devant le miroir des wc de l’entreprise. Et je ne mentionne même pas les vitres de magasins qui laissent apparaître ma silhouette, ni même lors de mes tentatives de la deviner en baissant le regard.

Je jette un oeil sur les autres femmes…mais rien qui ne suscite mon intérêt…dans ce tram qui sent le tabac froid et parfois un peu l’alcool…!

Trois mois sans porter de vernis s’ajoute aux six mois du tourbillon qui a amené ce vide vestimentaire.

Il est temps que cela cesse ! Fini le quotidien, l’esprit accaparé par le travail et le stress des kilos en trop. Sur mon vélo elliptique, ma vitesse s’accélère à mesure que je retrouve un peu d’envie et d’idée à assembler…Tant pis si je me goure, je testerai demain mes idées nouvelles qui me viennent !

Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

Leave a Reply